À mon oeil, ce stationnement semble plutôt banal. Quelques herbes, bonnes ou mauvaises, se jouent de l’aridité de l’asphalte, sans plus. Un non-lieu pour l’automobiliste et le piéton qui s’y aventurent. Passage entre une ruelle quelconque et une destination quelconque. Une conque où l’on entend le bourdonnement de la ville. Une démarche preste entre graffitis et immeubles. Le scintillement de quelques tessons que personne ne verra, tant qu’ils ne crèvent pas un pneu.

Et pourtant, Anugituk (windy place, là où il vente, ᐊᓄᒋᑐᒃ)1. Un homme a senti le vent sur sa joue. Il m’a dit : « C’est ici que tu viens l’été quand tu veux jouir de la brise». En effet, nous y sommes depuis à peine quelques secondes, assis sur un muret de béton, et mes cheveux dansent. Il a su repérer un corridor de vent là où je m’imaginais un potentiel îlot de chaleur. Puis, il pointe un bâtiment, droit devant, Innaruk (man made hillsbuildings —, montagnes façonnées par l’humain — immeubles —, ᐃᓐᓇᕈᒃ). « Ils nous cachent la vue sur le mont Royal, marchons vers lui. »

Côte à côte, nous allons jusqu’à Akinak (the wall, le mur, ᐊᑭᓇᒃ), l’enceinte longeant le terrain patrimonial de la congrégation religieuse des Hospitalières de Saint-Joseph. Nous nous asseyons un long moment, entre cette paroi forgée par l’humain et cette autre, sculptée par le temps; l’une taillée, l’autre rocailleuse; pourtant la ville les gorge d’autant de murmures. Nous demeurons contemplatifs sous un soleil de plomb. La circulation à l’angle de l’avenue des Pins et de l’avenue du Parc en a long à dire. « C’est par ce contraste que tu reconnais la valeur du silence. »

La canicule aura raison de nous, s’il vous plaît, Anugituk.

button icon DÉCOUVRIR > tous les lieux-dits de cette ville


 

NOTES

L’ensemble des citations provient des propos d’un participant anonyme, traduits librement de l’anglais vers le français par l’auteure.

* En inuktitut, chaque région a sa façon de prononcer les mots, ce qui occasionne de nombreuses variantes. Ici, l’orthographe retenue en alphabet latin et sa transcription syllabique ont été celles proposées par le participant, originaire du Nunavut. Ils ont été révisés lors d’ateliers réalisés à bord de la caravane philosophique de l’organisme Exeko. Les traductions vers l’anglais sont celles du participant. Les traductions en langue française sont de l’auteure.

Adresse

Notre adresse:

Le Plateau-Mont-Royal, Montréal, Québec, Canada

Téléphone :

-

E-mail:

-

Web:

-