Le pont Jacques-Cartier, avant de porter le nom du célèbre navigateur, a d’abord été inauguré en tant que « pont du Havre » en 1930. Cela, étant donné que sa réalisation avait été chapeautée par la Commission du Havre, entre autres, responsable des installations portuaires.

C’est à peine quelques années plus tard, en 1934, afin de souligner le 400anniversaire de l’arrivée de l’explorateur au Canada, que le pont a été rebaptisé en son honneur. Une pétition promue par Georges Pelletier, alors directeur du Devoir, serait à l’origine de ce changement.

Mais, bien avant cela, au moment même de sa construction, un surnom s’est rapidement dégagé. Dès 1926, de nombreuses expropriations affectèrent le quartier ouvrier de Sainte-Marie [Faubourg à m’lasse], situé sur la rive montréalaise du fleuve. Les travaux ont parfois été entamés sur les terrains concernés avant même que les résidences aient été démolies. Le propriétaire d’une usine de savon, Hector Barsalou, refusa jusqu’à la toute fin de céder son bâtiment, jugeant les indemnisations offertes par la ville insuffisantes. Une courbe supplémentaire aurait donc été intégrée au pont afin d’éviter sa propriété, faisant poindre le surnom : pont Croche. Les appellations descriptives « pont de la rive sud » ou « pont des Commissaires » circulaient également depuis le début du chantier en 1925.

Outre ce contournement, deux autres courbes marquent le tracé du pont. Une première est située au-dessus de l’île Sainte-Hélène dans le but d’orienter les piliers avec l’axe du courant, déviant à cet endroit. La seconde porte le nom de la courbe Craig (ancien nom de la rue Viger). Cette dernière a été dessinée afin d’aligner le pont avec les voies de circulation montréalaises. D’importantes modifications ont été apportées en 2002 à la courbe Craig qui jusque là était « un peu mythique à cause des accidents et de tous les correctifs qu’on a essayé d’[y] apporter avec les années. » La Presse a même titré l’article cité : « La “courbe de la mort” corrigée ». Il faut dire qu’elle avait été réfléchie en fonction de l’usage envisagé à l’époque de sa conception, datant des années 20, où le transport en calèche était fréquent et où les voitures roulaient à moins de 40 km/h.

Montréal et la rive sud du Saint-Laurent ont tout de même été en liaison depuis longtemps. Au XIXe siècle, des traverses assuraient le relais entre les deux berges et, l’hiver, un pont de glace permettait de franchir le fleuve. De 1880 à 1883, un chemin de fer a même voyagé sur cette surface gelée, non sans quelques incidents.

button icon DÉCOUVRIR > tous les lieux-dits de cette ville


 

BIBLIOGRAPHIE

Nicolas Bednarz, « Le pont Jacques-Cartier et ses environs, 1964 », Archives de Montréal, 2012, http://archivesdemontreal.com/2012/08/01/les-annees-60-en-couleurs-le-pont-jacques-cartier-et-ses-environs-1964.

« Le pont Jacques-Cartier », Centre d’histoire de Montréal, 2016, https://ville.montreal.qc.ca/memoiresdesmontrealais/le-pont-jacques-cartier.

« Les ponts de l’île », Héritage Montréal, Montréal en quartiers, 2016, http://www.memorablemontreal.com/accessibleQA/ponts.

La Société gestionnaire du pont, 2016, http://jacquescartierchamplain.ca.

Mario Robert, « Chronique Montréalité no 37 : le pont Jacques-Cartier », Archives de Montréal, 2015, http://archivesdemontreal.com/2015/05/04/chronique-montrealite-no-37-le-pont-jacques-cartier.


 

IMAGES

1. Musée McCord. M2011.64.2.2.226..

2. Archives de la Ville de Montréal. VM94-Ad127-004..

Adresse

Notre adresse:

Pont Jacques-Cartier, Montréal, Québec

Téléphone :

-

E-mail:

-

Web:

-