La rusticité apparente de ce surnom renvoie au mode de vie d’une époque, mais aussi à celui d’une communauté qui a défriché le territoire et l’a développé. Le village de « Saint-Louis » a été bâti par la sueur d’individus qui ont fait le pari de quitter les villages principaux, situés en bordure de la baie, pour gravir la montagne et s’y installer. À peine quelques générations plus tard, ils ont été affectés par le Plan de relocalisation du Bureau d’aménagement de l’Est du Québec (BAEQ), qui a fermé plusieurs villages ruraux au début des années 1970.

Bien que l’on dit à propos de ce lieu que « c’est tout simplement là où l’on vidait les pots de chambre», j’y vois un geste quotidien témoignant de la réalité d’une époque, mais aussi d’un territoire que l’on a habité. Geste quotidien, accessoire usuel, ils ont été là.

button icon DÉCOUVRIR > tous les lieux-dits de cette ville

 

NOTES

1 Propos d’un participant anonyme.


 

IMAGE

1 Archives de Gérard Leblanc, ancien résident.

Adresse

Notre adresse:

-

Téléphone :

-

E-mail:

-

Web:

-