« L’appellation “mont Chauve” découle d’une intervention humaine sur la montagne qui a eu lieu dans les années 50. L’administration du maire Jean Drapeau et une partie de la population jugeaient qu’il se passait sur le mont Royal des activités que la morale réprouvait1. »

« Il fallait donc dégager le boisé afin que les policiers puissent y voir et qu’il y ait moins de nuisances nocturnes. Ce qui devait être un éclaircissement des sous-bois prit la forme de coupes intenses et répétitives, elles-mêmes surnommées “coupes de la moralité”.

Suite à cela, les journalistes ont utilisé l’expression “mont Chauve” pendant des années pour désigner la montagne. Ces coupes ont évidemment eu un impact considérable sur le paysage, mais aussi sur l’écosystème et la biodiversité. Puisque les sols ont été mis à nu, il y a eu de l’érosion. Pour contrer cette problématique, dans les années 60, plus de 60 000 arbres ont été plantés, dont à peu près 40 000 épinettes.

Les “coupes de la moralité” ont touché essentiellement le sommet du mont Royal, qui est une chênaie rouge. Il s’agit d’un secteur assez unique qui couvre presque tout le haut, de la croix à la maison Smith et un petit peu dans la fougeraie. Aujourd’hui, des traces de ces coupes sont toujours visibles, car il manque toute une strate d’arbres dans la forêt et les vieux arbres centenaires sont espacés2. »

button icon DÉCOUVRIR > tous les lieux-dits de cette ville


 

AUDIO

Entrevue réalisée auprès de Jean-Michel Villanove, chef des programmes grand public pour l’organisme Les amis de la montagne.

Les surnoms de la montagne

Le Chalet

L’architecte dont il est question dans l’extrait est Aristide Beaugrand-Champagne, celui qui a dessiné Le Chalet.


 

NOTES

1 Jean-Michel Villanove (chef des programmes grand public pour l’organisme Les amis de la montagne), entrevue, propos recueillis par l’artiste.

2 Ibid.


 

IMAGES

1. Archives de la Ville de Montréal. VM94-B009-006.

2. Musée McCord. M987.244.62. Caricature intitulée Merci, Jean…, signée Aislin (alias Terry Mosher).

(Daté de 1986, ce dessin a été réalisé de nombreuses années après les « coupes de la moralité », son créateur précise : « Aussi aimé que détesté, le maire Jean Drapeau fut une figure dominante de la scène politique municipale de Montréal pendant des décennies. À cette époque, nous, les caricaturistes, nous en sommes donné à coeur joie à reproduire cette physionomie pour le moins caricaturale! Lorsque Drapeau a finalement pris sa retraite, en 1986, j’ai dessiné cette caricature établissant un parallèle entre sa présence à Montréal et celle du mont Royal, en guise d’hommage au personnage. »)

Adresse

Notre adresse:

Mont Royal, Montréal, Québec, Canada

Téléphone :

-

E-mail:

-

Web:

-